[le lac Malawi][Les Mbunas, cichlidés du lac Malwi][Maintenance][Bibliographie][Liens][Annonces][Forums][e-mail]

LES MBUNAS CICHLIDES DU LAC MALAWI
Le Lac Malawi
Les Mbunas
Maintenance
Liens
Bibliographie
Annonces
informations et photos sur le milieu naturel
photos, description d'espèce, conseils de maintenance informations sur la maintenance générale des Mbunas Sites interressants sur les cichlidés du lac Malawi Des références bibliographiques Vente, achat, don échange : matériel, poissons, aquarium...

Les Mbunas, cichlidés du lac Malawi
Différents genres de la famille des Cichlidés (de nouveaux seront régulièrement ajoutés)
Pseudotropheus
...
...
...

Le genre pseudotropheus regroupe énormément d'espèces aux couleurs variées et souvent éclatantes avec des dents bicuspides les différenciant des Cynotilapia. Le grand nombre d'epèces ont entrainé la création de groupes et complexes d'espèces. Un complexe d'espèces comprend des espèces parentes de la même lignée, contrairement aux groupes. On distingue ainsi :
Le groupe d'espèces Pseudotropheus elongatus.
Le groupe d'espèces Pseudotropheus "agressive".

Le groupe d'espèces Pseudotropheus "miscellaneous"
Le complexe d'espèces Pseudotropheus zebra.

Le complexe d'espèces Pseudotropheus williamsi.
Le complexe d'espèces Pseudotropheus tropheops.

Milieu naturel : les pseudotropheus se retrouvent dans des zones mélangeant roches et sables, avec du ressac, ils sont inféodés aux rochers dans la majorité des cas bein que certains soient en pleine eau. Les mâles sont territoriaux, l'alimentation est essentiellement basé sur les algues de couverture (aufwuchs) qui sont broutées (arrachées avec leurs dents bicuspides), ainsi que les petits animaux qu'elles renferment.

En aquarium : similaire au milieu naturel, leur territorialité implique de ne pas mettre plus d'un mâle d'une espèce donné dans un même aquarium. De même éviter de mettre ensemble des espèces dont les couleurs de frai sont similaire, car cela stimulera l'agressivité inter-spécifique et risquera de plus d'entrainer des hyvridation entre espèces. L'aquarium devra faire au moins 300 litres, l'alimentation suit les conseils généraux de maintenance (spiruline comme source végétale...). La reproduction est aisée et a toute les chances de se produire naturellement dans un bac communautaire.

Pseudotropheus saulosi Pseudotropheus crabro Pseudotropheus elongatus "chewere"
Pseudotropheus daktari    

Pseudotropheus saulosi

Mâle bleu et femelle jaune-orange

Espèce découverte en 1989 au nord ouest de Chizumulu sur un récif nommé "Taïwan reef". Son nom donné par Ad Konings en 1990 est un hommage à Saulos Mwale chef pêcheur de Stuart Grant. Il est reproduit en basssin chez M. Grant ce qui limite le prélèvement dans le milieu naturel. Il est apparu à la vente en France en 1992.

Milieu naturel : endémique de Taïwan reef, au milieu du lac. On retrouve des bancs de mâles et femelles non territoriaux, mais aussi des mâles territoriaux qui défendent une zone relativement grande devant une grotte (mais le frai peut se produire sur substrat ouvert).

 

Taille : jusqu' à 8 à 9 cm dans le milieu naturel, peut atteindre 10 cm en aquarium.
Couleur juvénile : Jaune.
Couleur de la femelle adulte: Jaune avec parfois l'apparition de bandes verticales sombres, en fonction de l'humeur.
Couleur du mâle adulte : Bleu avec les nageoires surlignées d'un bleu sombre à noir, et la présence de barres sombres verticales sur le corps et horizontales sur la tête.
Conseils : lors de l'achat pour avoir un couple prendre un mâle en cours d'évolution chromatique ou déjà bleu, cela ne pose pas de problème. Par contre il faut choisir une femelle sans la confondre avec un mâle juvénile; de préférence prendre un individu jaune le plus grand du bac du vendeur, à partir de 5 cm si l'individu est jaune il y a toutes les chances que ce soit une femelle. En effet c'est vers 5 cm que les mâles adoptent leur couleur d'adulte. Sinon l'observation des papilles anales et génitales lèvent le doute.

Comportement en aquarium : il n'est pas bagarreur, mais c'est un petit malin qui n'a pas peur de grand chose, ainsi il y a peu de risque qu'il dérange excessivement les autres habitants du bac, mais il ne se laissera pas faire facilement, il défendra son territoire farouchement (un elongatus chewere s'approchant de son territoire ne lui fait pas peur), de même lors de distribution de nourriture, il n'est pas le dernier servi. Néanmoins, si l'adversaire est trop volumineux il préfèrera la retraite. Son comportement se durci lors de la reproduction, de plus il aura tendance à harceler sa femelle, ce qui fait d'ailleurs qu'il vaut mieux lui en prévoir 2 ou 3.

Reproduction : Sur une pierre plate, avec succession de figures en T caractéristiques des Mbunas. Elle ne posent pas de difficulté particulière, tout se passe naturellement.

 

Maintenance : Commune aux Mbunas, prévoir un bac d'au moins 300 litres avec de nombreuses grottes réalisées par un amoncellement rocheux (veillez à sa stabilité), si les plantes sont quasi-absentes du milieu naturel, on peut en mettre en privilégiant des plantes robustes (anubias...). En ce qui concerne la qualité de l'eau le seul point important est le pH, qui doit être proche de 8, en pratique entre 7,5 et 8, avec une température de l'ordre de 27°C. Dans ces conditions Pseudotropheus Saulosi exibera ses plus belles couleurs et se reproduira.

En conclusion c'est un Mbunas à avoir dans son bac, d'une part par son comportement tolérant vis-à-vis des autres mais bien trempé si on vient un peu trop le chatouiller (il est particulièrement agréable et intéressant à regarder). Et par ses couleurs très prononcées, avec un dichromisme net entre le mâle et la femelle qui amène des couleurs vives et différentes dans le bac.